Histoire de la globalisation financière

Cécile Bastidon Gilles, Jacques Brasseul, Philippe Gilles

Armand Colin (collection U), 2010, 375 pages.

Préface de Christian de Boissieu.

 

Cet ouvrage monumental « recherche le sens de l’histoire de la globalisation financière », en présentant les multiples facettes d’un phénomène qui est né avec la conférence de Bretton Woods (1944) et a engendré la crise de 2008-2009. Il montre comment l’Économique a pris le pas sur le Politique, par un triple processus de libéralisation des échanges financiers, de développement des technologies de l’information et de la communication, et de multiplication des nouveaux instruments financiers. Il dresse un parallèle éclairant entre la grande dépression des années 1930 et la crise financière actuelle. Il rappelle les analyses prémonitoires de Kindleberger, de Stiglitz et de Galbraith. Ce dernier prédisait, dès les années 1960, le retour inévitable à la récession en raison de « l’inégalité croissante des revenus, de la recherche de profit à court terme, de l’incapacité du système bancaire à maîtriser les risques, du déséquilibre croissant de la balance des paiements et du budget des États-Unis… et du triomphe du dogme sur la pensée économique ».

Les auteurs respectent la chronologie des événements, en analysant successivement les systèmes monétaires internationaux antérieurs au choc pétrolier de 1973, l’essor de la sphère financière de 1973 jusqu’au début des années 1990, et l’ère des crises financières des années 1990 et 2000. Un chapitre est consacré à la construction du système monétaire européen et  aux crises des marchés émergents. Une autre porte sur les nouveaux risques apparus avec le XXIe siècle. Le dernier chapitre soulève les problématiques des opérations de renflouement d’urgence, des mesures de prévention des crises futures et des nouvelles voies d’intégration du système financier international.

Ce tour d’horizon de presque trois siècles de finance globale, depuis Newton jusqu’à la crise actuelle, fait apparaître un double mouvement, qui s’est accéléré au XXe siècle : une dématérialisation de la monnaie ; une diversification et une libération des moyens de paiement et de crédit. Il en est résulté que « les acteurs peuvent désormais intervenir sur tous les marchés » et « qu’une propagation des comportements et des informations peut rapidement entraîner « un chaos planétaire ». Mais les auteurs constatent qu’à l’exception de la grande dépression de 1929,  « les crises financières ne sont généralement pas durables »… » et que « tout repart comme avant, en attendant la prochaine catastrophe ». 

Dans la « grande bibliothèque » consacrée à la crise actuelle, l’ouvrage présente plusieurs originalités : il resitue dans leur perspective historique les différentes générations de crises qui ont affecté les systèmes financiers mondiaux ; il est illustré par une centaine de figures, schémas, tableaux et graphiques, qui facilitent la compréhension des analyses ; il est complété par 72 encadrés qui permettent de mieux comprendre certains concepts, textes officiels ou événements ; il est solidement étayé par près de 400 références bibliographiques. Un nouvel ouvrage de référence d’économie monétaire et financière !

 

Note de lecture de l'IHFi, Institut de Haute Finance